Le prix libre, c’est quoi ?
La pratique du prix libre se développe pour créer les conditions d’un autre rapport à l’argent qui règne en maître dans notre société. Il s’agit de montrer qu’au-delà des coûts de productions (travail humain + matières premières), ce que nous consommons peut l’être sur d’autres bases que celui du profit financier.

Tu paies ce que tu peux, ce que tu juges juste !

Celles et ceux qui peuvent paient un peu plus que le prix de revient, pour que celles et ceux, qui peuvent moins, puissent payer moins…

Le prix libre, c’est aussi réintégrer sa responsabilité du bilan financier d’une tentative alternative et collective.

Une volonté sociale : Le prix libre propose un service ou un produit pour toutes/tous. A chacun-e de participer aux frais d’organisation, de production, de diffusion, selon ses moyens financiers.

Une volonté culturelle : En organisant des spectacles à prix libres, on permet à quiconque de s’instruire, se divertir, se rencontrer sans relation de buziness.

Une volonté politique : On démontre que, même s’il existe des frais à prendre en compte, on peut organiser/produire, diffuser, sans nécessairement vendre et être dans une logique de profit. On considère l’acquéreur-e du service/produit, non comme une source de bénéfices, mais comme une personne en capacité d’évaluer ce qu’elle doit payer selon ses ressources, besoins et motivations.

L’organisation d’un prix libre nécessite un choix de non-surconsommation, du
volontariat, de la participation, une volonté de rester " modestes " et de ne pas chercher des subventions…

Le prix libre, c’est le début de la solidarité et de l’autogestion !
Le prix libre à Place des Résistances
 

Cuisines autogérées à prix libres

Le collectif Place des Résistances a fait le choix politique d’appliquer les prix libres dans les cuisines autogérées où sont indiqués les prix de revient (prix indicatif du prix de revient d’un repas = 2 euros), sur cette base, vous donnez ce que vous pouvez/estimez juste.
4 cuisines intégrées à chaque quartier confectionnent les repas et fonctionnent sur les mêmes principes : " Radical Citron " de Nantes, " la Tambouille " de La Rochelle, " La cuisine de No Pasaran " de Paris/Angers et la cuisine de Poitiers.

Afin d’assurer un prix de revient abordable, les cuisines sont végétariennes, elles sont approvisionnées en priorité en produits bio de saison fournis par des producteurs-trices locaux. Toutefois, nous ne pouvons garantir un approvisionnement bio exclusif pour des raisons de coûts.

 

Billetterie spectacles à prix libres

Les artistes et technicien-ne-s participant à Place des Résistances ont adhéré aux principes de fonctionnement du village et ont donc accepté de ne pas être rémunéré-e-s. Nous défrayons leurs frais de route et avons du matériel loué. La billetterie libre est donc à votre appréciation.

 

Bars à prix fixes

Par choix politique, le collectif n’a sollicité aucune subvention, nous sommes également dans une démarche d’autofinancement. Les bars seront donc les seuls espaces à prix fixes, car ils sont notre unique source de financement des coûts fixes. Bien sûr, nous appliquons des tarifs très raisonnables.

 

Budget prévisionnel de Place des Résistances

Location du site + électricité __________________2 000 euros
Défraiement mise à disposition des chapiteaux ___2 000 euros
Assurance _________________________________170 euros
Défraiements artistes/participants aux débats ____4 000 euros
Matières premières bars _____________________6 000 euros
Matières premières cuisine de Nantes __________4 000 euros
Affiches/tracts/guides/autocollants _____________2 300 euros
Matériel à louer 2 000 euros

TOTAL ______________________________22 470 euros